Lymphome non hodgkinien

Contexte
Qu’est-ce qu’un lymphome non hodgkinien?

Un lymphome non hodgkinien (LNH) est un groupe de cancers des globules blancs qui exercent des fonctions immunologiques dans le système lymphatique. Le LNH est le sixième cancer le plus fréquent au Canada avec environ 10 400 diagnostics prévus au sein de la population canadienne en 2020 [1].

Il y a quelques facteurs de risques établis pour le LNH, mais ses causes ne sont pas entièrement connues. L’exposition aux rayonnements ionisants issus de l’imagerie médicale et l’infection par certains agents pathogènes viraux représentent des facteurs de risque non professionnels de développer un LNH, bien que ces facteurs puissent aussi être présents sur les lieux de travail [2,3]. De nombreux pesticides, organochlorés (lindane, pentachlorophénol) et organophosphorés (glyphosate, diazinon, malathion), sont des causes connues ou soupçonnées du LNH [4-7]. Parmi les autres facteurs de risque professionnels soupçonnés d’entraîner un LNH, on peut citer le trichloroéthylène, utilisé dans le nettoyage à sec et divers processus de fabrication industriels, le benzène, les solvants chlorés et les BPC [8-10].

 

Facteurs de risque professionnel connus
    • Lindane (insecticide) [4]
    • Pentachlorophénol (fongicide) [5]

 

Facteurs de risque professionnel possibles
    • Benzène [9]
    • Trichloroéthylène et dichlorométhane (solvants chlorés) [8]
    • Glyphosate (herbicide) [6]
    • Diazinon, malathion et DDT (insecticides) [4,6,7]
    • Biphényles polychlorés (BPC) [10]

 

Principales conclusions

On a observé des risques accrus de LNH parmi certains groupes de travailleurs dans l’agriculture, l’industrie d’exploitation minière, l’industrie du transport et les services d’électricité. Au Canada, le DDT a été progressivement supprimé au milieu des années 1970 [11]. L’utilisation des BPC est interdite depuis 1997 et le lindane a été retiré des produits autorisés pour lutter contre les parasites de l’agriculture en 2005. Les risques excédentaires observés dans la cohorte du SSMP peuvent donc refléter des expositions antérieures à l’interdiction de ces produits [12,13].

 

Industrie agricole et assimilée

Parmi les travailleurs agricoles, on a observé un risque élevé uniquement chez les agriculteurs, observation fondée sur un nombre restreint de cas. Aucun risque excédentaire n’a été observé chez les plus de 40 000 ouvriers agricoles et de pépinières répertoriés dans le SSMP. On a observé un risque excédentaire chez les travailleurs du secteur de la fabrication d’engrais, mais cette observation était fondée sur un nombre restreint de cas de LNH.

    • Exploitants agricoles: risque multiplié par 1,21
    • Agronomes et scientifiques assimilés: risque multiplié par 1,73
    • Fabricants d’engrais composés: risque multiplié par 2,68

 

Travailleurs dans l’industrie d’exploitation minière et du traitement de minerai

On a observé un risque élevé de LNH chez de nombreux travailleurs assimilés à l’industrie d’exploitation minière. Toutefois, les facteurs de risque demeurent incertains.

    • Mines métalliques : risque multiplié par 1,44
      • Mines d’uranium : risque multiplié par 1,93
      • Mines métalliques diverses : risque multiplié par 1,39
      • Mines de quartz aurifère : risque multiplié par 1,30
    • Carrières et sablières : risque multiplié par 1,20
    • Mines non métalliques : risque multiplié par 1,18
    • Contremaîtres des travailleurs spécialisés dans le traitement du minerai: risque multiplié par 2,24
      • Ouvriers ad concassage et au broyage des minerais: risque multiplié par 2,50

 

Industrie du transport

Les travailleurs occupant des postes assimilés à l’industrie du transport sont régulièrement exposés aux fumées d’échappement de moteurs, qui contiennent du benzène [9].

    • Personnel d’exploitation des transports routiers: risque multiplié par 1,14
      • Chauffeurs de taxi : risque multiplié par 1,53
      • Conducteurs d’autobus : risque multiplié par 1,25
      • Camionneurs : risque multiplié par 1,12
    • Personnel d’exploitation des transports ferroviaires: risque multiplié par 1,37
      • Chefs de train et serre-frein: risque multiplié par 1,67

 

Travailleurs dans les services d’électricité

On a déjà observé un risque élevé de LNH chez les travailleurs dans les services d’électricité en Ontario [14]. Si les BPC ont été interdits au Canada, on peut encore en trouver dans de l’équipement électrique existant [13].

    • Secteur de l’énergie électrique : risque multiplié par 1,17
    • Monteurs de lignes électriques et travailleurs assimilés: risque multiplié par 1,60
    • Monteurs-réparateurs de matériel de communications par fil et d’appareils connexes: risque multiplié par 1,18

 

Autre

Des risques élevés ont été observés dans plusieurs autres groupes, mais étaient incohérents, ce qui a rendu les observations difficiles concernant les expositions potentielles causant le LNH.

Le risque élevé présenté par les pompiers peut être lié à leur exposition au benzène, aux biphényles polychlorés (BPC) et à d’autres produits chimiques au cours de leurs interventions [3,10].

    • Pompiers : risque multiplié par 1,42

 

On a observé un risque élevé chez les contremaîtres de mécaniciens et de réparateurs (sauf pour l’équipement électrique), mais aucun risque excédentaire n’a été observé parmi les mécaniciens de façon plus générale. De même, les contremaîtres en usinage des métaux et en assemblage et réparation d’équipement électrique présentaient un risque élevé, mais aucun risque excédentaire n’a été observé auprès des autres travailleurs dans ces professions. Des durées d’emploi plus longues et l’exposition plus longues aux agents cancérogènes responsables du LNH chez les contremaîtres par rapport aux autres travailleurs peuvent expliquer certains de ces écarts dans le taux de risque.

    • Mécaniciens et réparateurs, sauf pour l’équipement électrique (contremaîtres) : risque multiplié par 1,74
    • Usineurs de métaux (contremaîtres) : risque multiplié par 1,71

 

On a observé un risque excédentaire chez les technologues et techniciens en radiologie, bien qu’un nombre restreint de cas ait été observé pour ce groupe. L’exposition aux rayonnements ionisants issus de l’imagerie médicale représente un facteur de risque de LNH, mais cela n’est pas considéré comme étant un facteur de risque lié à une exposition professionnelle [15].

    • Technologues et techniciens en radiologie : risque multiplié par 1,44
Risque relatif par industrie et par emploi

Figure 1. Risque de diagnostic de lymphome non hodgkinien chez les travailleurs employés dans chaque groupe d’industries par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

 

Figure 2. Risque de diagnostic de lymphome non hodgkinien chez les travailleurs employés dans chaque groupe professionnel par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Tableau des résultats

Tableau 1. Surveillance du lymphome non hodgkinien :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe d’industries

Code CCDP * Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
1 Agriculture 107 35,003 0.83 (0.69-1.01)
2/3 Forêts, pêche et piégeage 57 10,697 0.99 (0.76-1.28)
4 Mines (y compris broyage),
carrières et puits de pétrole
192 23,197 1.31 (1.14-1.52)
5 Industries manufacturières 3,387 693,452 0.95 (0.91-0.99)
6 Construction 918 210,935 0.95 (0.89-1.02)
7 Transports, communications et
autres services publics
1035 197,140 1.13 (1.06-1.21)
8 Commerce 1,655 429,166 1.02 (0.97-1.08)
9 Finances, assurances et
affaires immobilières
119 23,980 0.99 (0.83-1.19)
10 Services socio-culturels,
commerciaux et personnels
2,347 599,427 1.06 (1.01-1.12)
11 Administration publique et
défense
943 190,812 1.02 (0.95-1.09)
         
         
* CTI : Classification type des industries (1970)    
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Tableau 2. Surveillance du lymphome non hodgkinien :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe de professions

Code CCDP * Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
11 Directeurs, administrateurs et
personnel assimilé
140 30,975 1.12 (0.95-1.32)
21 Travailleurs des sciences naturelles,
techniques et mathématiques
119 26,331 1.04 (0.87-1.25)
23 Travailleurs spécialisés des sciences
sociales et secteurs connexes
104 30,700 1.17 (0.97-1.43)
25 Membres du clergé et assimilés <5 128
27 Enseignants et personnel assimilé 219 48,457 1.17 (1.02-1.34)
31 Personnel médical, techniciens
de la santé et travailleurs assimilés
551 135,319 1.12 (1.02-1.22)
33 Professionnels des domaines artistique
et littéraire et personnel assimilé
43 14,993 0.98 (0.72-1.32)
41 Personnel administratif et
travailleurs assimilés
871 197,275 1.09 (1.02-1.17)
51 Travailleurs spécialisés dans la vente 464 148,074 0.96 (0.87-1.06)
61 Travailleurs spécialisés dans les services 1,616 370,781 1.08 (1.02-1.14)
71 Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs 171 50,137 0.95 (0.81-1.10)
73 Pêcheurs, trappeurs et travailleurs
assimilés
<5 556
75 Travailleurs forestiers et bûcherons 58 10,681 1.06 (0.82-1.37)
77 Mineurs, carriers, foreurs de puits
et travailleurs assimilés
103 13,036 1.29 (1.06-1.56)
81 Travailleurs des industries de
transformation (minéraux, métaux, chimiques)
353 79,210 0.98 (0.89-1.10)
82 Travailleurs des industries de
transformation (aliments, bois, textiles)
411 99,234 0.96 (0.87-1.06)
83 Usineurs et travailleurs des
secteurs connexes
933 189,387 0.97 (0.91-1.04)
85 Travailleurs spécialisés dans
la fabrication, le montage et la réparation
1,644 328,243 1.00 (0.94-1.05)
87 Travailleurs du bâtiment 1,037 215,539 0.96 (0.90-1.02)
91 Personnel d’exploitation des transports 928 168,028 1.15 (1.07-1.23)
93 Manutentionnaires et travailleurs
assimilés, non classés ailleurs
685 153,024 1.03 (0.95-1.12)
95 Autres ouvriers qualifiés et
conducteurs de machines
156 28,304 1.06 (0.91-1.24)
99 Travailleurs non classés ailleurs 954 215,218 1.04 (0.97-1.11)
         
         
* CCDP: Classification canadienne descriptive des professions (1971)  
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

Veuillez noter que nos résultats peuvent différer de celles que nous avons publiés ou présentés. Cela peut être attribuer aux définitions que nous utilisons pour identifier les cas, aux approches méthodologiques et le suivi en cours de la cohort dans le système de surveillance.    

Références

  1. Brenner DR, Weir HK, Demers AA, Ellison LF, Louzado C, Shaw A, et al. Projected estimates of cancer in Canada in 2020. Can Med Assoc J [Internet]. 2020;192(9):E199–205.
  2. IARC Working Group. A Review of Human Carcinogens- Radiation. Vol. 100D. Lyon, France: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2012.
  3. McGregor D. Risk of Non-Hodgkin Lymphoma in Firemen. Montreal, Quebec; 2007.
  4. IARC Working Group. IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans- DDT, Lindane, and 2,4-D. Vol. 113. Lyon, France: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2018.
  5. IARC Working Group. IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans- Pentachlorophenol and Some Related Compounds To Humans. Vol. 117. Lyon, France: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2019.
  6. IARC Working Group. IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans- Some organophosphate insecticides and herbicides. Vol. 112. Lyon, France: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2017.
  7. Luo D, Zhou T, Tao Y, Feng Y, Shen X, Mei S. Exposure to organochlorine pesticides and non-Hodgkin lymphoma: A meta-analysis of observational studies. Sci Rep. 2016;6(January):1–11.
  8. IARC Working Group. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans-Trichloroethylene, Tetrachloroethylene, and Some Other Chlorinated Agents. Vol. 106. Lyon: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2014.
  9. IARC Working Group. A Review of Human Carcinogens- Chemical agents and related occupations. Vol. 100F. Lyon, France: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2012.
  10. IARC Working Group. IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans- Polychlorinated Biphenyls and Polybrominated Biphenyls. Vol. 107. Lyon, France: International Agency for Research on Cancer (IARC); 2016.
  11. Dichlorodiphenyltrichloroethane – Management of Toxic Substances. [cited 2020 Aug 28].
  12. Environment and Climate Change Canada – Acts & Regulations – Update to Canada’s National Implementation Plan under the Stockholm Convention on Persistent Organic Pollutants. [cited 2020 Aug 28].
  13. Toxic substances list: PCBs. [cited 2020 Aug 28].
  14. Villeneuve PJ, Agnew DA, Miller AB, Corey PN. Non-Hodgkin’s lymphoma among electric utility workers in Ontario: The evaluation of alternate indices of exposure to 60 Hz electric and magnetic fields. Occup Environ Med. 2000;57(4):249–57.
  15. Karipidis KK, Benke G, Sim MR, Kauppinen T, Kricker A, Hughes AM, et al. Occupational exposure to ionizing and non-ionizing radiation and risk of non-Hodgkin lymphoma. Int Arch Occup Environ Health. 2007;80(8):663–70.