Dirigé par le Centre de recherche sur le cancer professionnel, le Programme de surveillance des maladies professionnelles (PSMP) vise à élaborer des systèmes de surveillance de l’évolution et des tendances des maladies professionnelles en Ontario, au Canada.  

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la surveillance « consiste à recueillir, analyser et interpréter systématiquement des données sur la situation sanitaire essentielles à la planification, la mise en œuvre et l’évaluation de la pratique en santé  publique ». Les systèmes de surveillance permettent de répondre en temps opportun aux problèmes de santé publique. Ils se caractérisent notamment par leur fonctionnement sur de longues périodes, l’utilisation de méthodes uniformes pour collecter et analyser les données, et la saisie d’information de façon exhaustive. Ils ont de nombreuses applications comme l’étude et la surveillance des tendances et des changements des maladies, la détection des nouveaux facteurs de risque ou des nouvelles maladies, et l’évaluation de l’efficacité des programmes et mesures de contrôle.

Le Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP) combine différentes sources de données provinciales pour examiner le risque de cancers et de maladies non malignes parmi les travailleurs de l’Ontario.

La Loi sur la réduction des toxiques de l’Ontario exige que les installations industrielles des quatre principaux secteurs manufacturiers et de la minéralurgie assurent le suivi de leur utilisation et de leur émission de substances toxiques et produisent des rapports à ce sujet. Ce projet étudie l’application potentielle du Programme relatif à la Loi sur la réduction des toxiques comme outil de surveillance de l’exposition en milieu de travail.

Le Projet de surveillance du mésothéliome fait le point sur l’incidence actuelle et future du mésothéliome au Canada, ainsi que sur les statistiques actuelles liées à la survie.

 

Le PSMP est financé conjointement par le ministère du Travail de l’Ontario, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée et l’Agence de la santé publique du Canada.