Vue d’ensemble

Le mésothéliome est un cancer très souvent mortel causé par l’exposition à l’amiante. Il n’existe pas de cure et les options de traitement sont limitées. Le taux de survie à cinq ans de cette maladie est extrêmement faible. Bien que l’utilisation de l’amiante ait diminué au Canada depuis les années 1970, l’exposition à cette substance existe toujours. La récente interdiction nationale de l’amiante est une mesure positive pour réduire le fardeau du mésothéliome, mais l’exposition à l’amiante dans les bâtiments existants et les anciens produits est une source permanente de préoccupation.

La surveillance du mésothéliome est essentielle pour comprendre le fardeau passé, présent et futur de cette maladie mortelle. Les enquêtes menées par le passé par le Centre de recherche sur le cancer professionnel et Statistique Canada ont montré que l’incidence du mésothéliome a augmenté de 1981 à 2013 en Ontario et de 1983 à 2004 au Canada. Il n’y a pas eu de mise à jour nationale de ces importantes statistiques depuis plus de dix ans.

Ce projet continu vise à mieux comprendre l’incidence actuelle du mésothéliome au Canada. Nous souhaitons également être capables de prévoir l’incidence future de cette maladie jusqu’en 2067, ce qui permettra d’orienter la préparation et l’intervention des fournisseurs de soins de santé. De plus, les déterminants géographiques et cliniques de la survie au mésothéliome seront étudiés pour voir si certaines provinces du Canada ont fait des progrès quant au prolongement de la survie.

Mésothéliome en Ontario


Figure 1. Nombre de cas de mésothéliome en Ontario, 1992-2017

Données issues du registre des cas de cancer en Ontario, 1992-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Figure 2. Taux d’incidence du mésothéliome chez les hommes, par bureau de santé publique, 1986-2012

Les taux d’incidence sont normalisés par âge et exprimés pour 100 000 personnes.