Bronchopneumopathie chronique obstructive

Contexte

Qu’est-ce que la BPCO?

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire qui provoque des problèmes respiratoires, y compris une toux, une respiration sifflante, un essoufflement et une sécrétion muqueuse. Elle compte parmi les maladies respiratoires chroniques les plus courantes au Canada (1), et représentait la troisième cause principale de mortalité dans le monde en 2016 (2). La consommation de tabac est la principale cause de la BPCO.

 

Facteurs de risque professionnels possibles
    • Poussières et fibres (p.ex., silice, amiante, bois, coton, charbon, céréales) (3,4)

    • Émanations (p. ex. fumées de soudage, gaz d’échappement de moteur diesel, fumées d’asphalte) (3,5)

    • Fumées secondaires (6)

    • Pesticides (7)

Principales conclusions

Les résultats présentés ici concernent les diagnostics de BPOC des personnes en âge de travailler, qui sont plus susceptibles d’être liés à des expositions professionnelles.


Agriculture et transformation agro-alimentaire

Les professionnels de ces groupes peuvent être exposés à des poussières (y compris les poussières céréalières et les mélanges de poussières végétales, animales et microbiennes) ainsi qu’à des pesticides, qui peuvent provoquer la BPCO. Les travailleurs agricoles peuvent également être exposés aux gaz d’échappement des moteurs diesel lorsqu’ils conduisent des tracteurs à moteur diesel et utilisent d’autres matériels à moteur diesel.

    • Ouvriers agricoles, en général : 1,3 fois le risque
    • Ouvriers pépiniéristes et assimilés : 1,3 fois le risque
    • Fermes de grandes cultures spécialisées et mixtes : 1,4 fois le risque
    • Autres fermes de culture et d’élevage mixtes : 1,5 fois le risque
    • Boulangers, pâtissiers, confiseurs et travailleurs assimilés : 1,3 fois le risque
    • Fabrication d’aliments pour les animaux : 1,4 fois le risque
Textiles

L’industrie du textile comprend les usines de fabrication des fils, des tissus, des cordes, des tapis et d’autres textiles. Les travailleurs de ces groupes peuvent être exposés à des poussières (y compris des poussières de coton et de fibres synthétiques) qui peuvent augmenter le risque de BPCO.

    • Travailleurs du textile : 1,3 fois le risque
    • Filature et tissage du coton : 1,8 fois le risque
    • Fabrication de fibres, filés et tissus artificiels et synthétiques : 1,5 fois le risque
    • Corderie et ficellerie (fabrication) : 1,8 fois le risque
    • Industrie des accessoires en tissu pour l’automobile : 1,7 fois le risque
Professions associées à l’exposition aux poussières de bois

L’exposition aux poussières de bois est un facteur de risque de la BPCO. Les professionnels de l’industrie forestière, de la fabrication de pâtes et papiers et de l’usinage du bois peuvent être exposés aux poussières de bois lorsqu’ils effectuent certaines tâches comme la coupe du bois, la mise en copeaux, la transformation de la pâte et la fabrication de produits ligneux.

    • Bûcherons et travailleurs assimilés : 1,5 fois le risque
    • Manoeuvres et travailleurs assimilés de l’industrie de la pâte à papier et du papier : 1,8 fois le risque
    • Scieurs de bois et travailleurs assimilés, sauf des scieries : 1,5 fois le risque
    • Manoeuvres et travailleurs assimilés de la fabrication, du montage et de la réparation d’articles en bois : 1,5 fois le risque
    • Fabriques de boîtes en bois : 1,9 fois le risque 
Construction

Les professionnels de la construction sont exposés à plusieurs facteurs de risque de la BPCO, comme à un grand nombre de poussières et de fibres différentes (p. ex. poussières d’amiante, de silice, de ciment, de béton et de bois) et d’émanations (p.ex. gaz d’échappement des moteurs diesel, asphalte et fumées de soudure).

    • Manoeuvres excavateurs, niveleurs, paveurs et travailleurs assimilés : 1,8 fois le risque
    • Lisseurs de béton et travailleurs assimilés : 1,4 fois le risque
    • Peintres, tapissiers et travailleurs assimilés : 1,6 fois le risque
    • Travailleurs spécialisés dans l’isolation : 1,8 fois le risque
    • Couvreurs, applicateurs d’enduits hydrofuges et travailleurs assimilés : 1,6 fois le risque
    • Autres manoeuvres et travailleurs assimilés du bâtiment : 1,5 fois le risque
Industrie minière

Les travailleurs de ce groupe effectuent plusieurs tâches, y compris le forage, le dynamitage, la coupe, la manutention et le chargement de minéraux, de déchets et d’autres matériaux. Ils peuvent être exposés à divers facteurs de risque possibles pour la BPCO, notamment la silice, et les gaz d’échappement des moteurs diesel.

    • Mineurs et carriers spécialisés dans le havage, le transport et le chargement : 1,2 fois le risque
    • Manoeuvres et travailleurs assimilés des mines, des carrières, et des champs de pétroles et de gaz naturel : 1,4 fois le risque
    • Services miniers divers : 1,6 fois le risque
    • Carrières : 1,8 fois le risque
    • Sablières et gravières : 1,7 fois le risque
Transformation du métal

Les professionnels de la transformation du métal peuvent être exposés à plusieurs facteurs de risque, notamment lorsqu’ils effectuent certaines tâches telles que la fusion, le traitement thermique, le laminage, le moulage, le coulage, l’extrusion et le placage des métaux.

    • Travailleurs aux fours de fusion, de conversion et d’affinage : 1,3 fois le risque
    • Lamineurs : 1,5 fois le risque
    • Mouleurs, noyauteurs et fondeurs de métaux : 1,3 fois le risque
    • Manoeuvres et travailleurs assimilés de la métallurgie : 1,5 fois le risque
    • Fonderies de fer : 1,7 fois le risque
    • Laminage, moulage et extrusion du cuivre et de ses alliages : 1,6 fois le risque
Diverses professions de traitement de matériaux et de fabrication

Les professionnels de ces métiers et industries peuvent être exposés à plusieurs facteurs de risque comme les poussières et fumées chimiques provenant de la production du caoutchouc ou du plastique, ce qui peut augmenter le risque de BPCO.  

    • Ouvriers au malaxage et au mélange de produits chimiques et de matières analogues : 1,6 fois le risque
    • Manoeuvres et travailleurs assimilés du traitement des produits chimiques, du pétrole, du caoutchouc, du plastique et de matières analogues : 1,3 fois le risque
    • Assembleurs et colleurs d’articles de caoutchouc, de plastique et de produits similaires : 1,3 fois le risque
    • Fabricants de matières plastiques et de résines synthétiques : 1,7 fois le risque
    • Fabricants de dérivés divers du pétrole et du charbon : 2 fois le risque
Risque relatif par industrie et par emploi

Figure 1. Risque de diagnostic de BPCO chez les travailleurs employés dans chaque groupe d’industries par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 2006-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

 

Figure 2. Risque de diagnostic de BPCO chez les travailleurs employés dans chaque groupe professionnel par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 2006-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Tableau des résultats

Tableau 1. Surveillance de la BPCO :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe d’industries

Code CTI* Groupe d’industries Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
1 Agriculture 626 22 674 1,30
(1,20-1,41)
2/3 Forêts, pêche et piégeage 209 6 348 1,19
(1,04-1,36)
4 Mines (y compris broyage),
carrières et puits de pétrole
523 13 645 1,24
(1,13-1,35)
5 Industries manufacturières 13,847 465 288 1,13
(1,10-1,15)
6 Construction 4,077 139 164 1,27
(1,23-1,31)
7 Transports, communications et
autres services publics
4,189 138 551 1,14
(1,10-1,17)
8 Commerce 7,319 290 583 1,10
(1,07-1,12)
9 Finances, assurances et
affaires immobilières
445 15 233 1,10
(1,00-1,20)
10 Services socio-culturels,
commerciaux et personnels
9,345 385 301 1,00
(0,97-1,02)
11 Administration publique et
défense
3,034 128 185 0,84
(0,81-0,87)
* CTI : Classification type des industries (1970)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Tableau 2. Surveillance de la BPCO :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe de professions

Code CCDP * Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
11 Directeurs, administrateurs et
personnel assimilé
121 30 958 1,24
(1,04-1,49)
21 Travailleurs des sciences naturelles,
techniques et mathématiques
63 26 327 1,13
(0,88-1,45)
23 Travailleurs spécialisés des sciences
sociales et secteurs connexes
146 30 676 1,28
(1,09-1,51)
25 Membres du clergé et assimilés 0 128
27 Enseignants et personnel assimilé 215 48 396 1,09
(0,95-1,25)
31 Personnel médical, techniciens
de la santé et travailleurs assimilés
641 135 167 1,11
(1,02-1,21)
33 Professionnels des domaines artistique
et littéraire et personnel assimilé
33 14 985 0,87
(0,61-1,22)
41 Personnel administratif et
travailleurs assimilés
649 197 206 1,03
(0,95-1,12)
51 Travailleurs spécialisés dans la vente 467 148 030 1,06
(0,97-1,17)
61 Travailleurs spécialisés dans les services 1149 370 720 1,03
(0,96-1,10)
71 Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs 57 50 138 0,56
(0,43-0,72)
73 Pêcheurs, trappeurs et travailleurs
assimilés
0 558
75 Travailleurs forestiers et bûcherons 13 10 684 0,76
(0,44-1,31)
77 Mineurs, carriers, foreurs de puits
et travailleurs assimilés
20 13 040 1,03
(0,66-1,59)
81 Travailleurs des industries de
transformation (minéraux, métaux, chimiques)
142 79 214 0,81
(0,68-0,95)
82 Travailleurs des industries de
transformation (aliments, bois, textiles)
232 99 223 0,91
(0,80-1,03)
83 Usineurs et travailleurs des
secteurs connexes
351 189 405 0,96
(0,86-1,08)
85 Travailleurs spécialisés dans
la fabrication, le montage et la réparation
821 328 254 1,14
(1,06-1,23)
87 Travailleurs du bâtiment 275 215 577 0,82
(0,73-0,93)
91 Personnel d’exploitation des transports 296 168 082 1,01
(0,89-1,14)
93 Manutentionnaires et travailleurs
assimilés, non classés ailleurs
322 153 026 0,97
(0,87-1,09)
95 Autres ouvriers qualifiés et
conducteurs de machines
67 28 303 0,99
(0,78-1,26)
99 Travailleurs non classés ailleurs 404 215 202 0,89
(0,81-0,99)
* CCDP: Classification canadienne descriptive des professions (1971)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

Veuillez noter que nos résultats peuvent différer de celles que nous avons publiés ou présentés. Cela peut être attribuer aux définitions que nous utilisons pour identifier les cas, aux approches méthodologiques et le suivi en cours de la cohort dans le système de surveillance.    

Références

  1. Agence de la santé publique du Canada. L’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) au Canada, 2018. Rapport du Système canadien de surveillance des maladies chroniques (2018)
  2. Organisation mondiale de la santé. Les 10 principales causes de mortalité (2018)
  3. Bergdahl IA, Toren K, Eriksson K, Hedlund U, Nilsson T, Flodin R, Järvholm B. Increased mortality in COPD among construction workers exposed to inorganic dust. European Respiratory Journal. 2004;23(3):402-6. (En anglais seulement)
  4. Omland O, Würtz ET, Aasen TB, Blanc P, Brisman JB, Miller MR, Pedersen OF, Schlünssen V, Sigsgaard T, Ulrik CS, Viskum S. Occupational chronic obstructive pulmonary disease A systematic literature review. Scand J Work Environ Health 2014;40(1):19-35. (En anglais seulement)
  5. Hart JE, Eisen EA, Laden F. Occupational diesel exhaust exposure as a risk factor for chronic obstructive pulmonary disease. Curr Opin Pulm Med 2012;18(2):151-4. (En anglais seulement)
  6. Agence de la santé publique du Canada. Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) (MPCO) (2019) 
  7. Lytras T, Kogevinas M, Kromhout H, Carsin AE, Antó JM, Bentouhami H, Weyler J, Heinrich J, Nowak D, Urrutia I, Martinez-Moratalla J. Occupational exposures and 20-year incidence of COPD: the European Community Respiratory Health Survey. Thorax. 2018;73(11):1008-15. (En anglais seulement)