Amiantose

Contexte

Qu’est-ce que l’amiantose?

L’amiantose est une maladie pulmonaire chronique causée par l’inhalation de fibres d’amiante. L’exposition à ces fibres peut entraîner des lésions au tissu pulmonaire et un essoufflement. L’amiantose peut survenir des dizaines d’années après l’exposition à l’amiante.


Facteurs de risque
    • Fibres d’amiante (tous types) [1]

Les ouvriers du bâtiment, comme les travailleurs spécialisés dans l’isolation, les électriciens et les plombiers occupent des postes pour lesquels les taux d’incidence de cette maladie sont très élevés. Les ouvriers de la métallurgie et les plaqueurs et chaudronniers présentent également un risque accru de développer l’amiantose.

Principales conclusions

Les risques les plus élevés de développer l’amiantose ont été observés chez les travailleurs employés dans l’industrie de la construction, et dans certaines industries manufacturières.


Construction

Au Canada, les matériaux contenant de l’amiante, notamment ceux d’isolation, ont été largement utilisés dans les constructions d’avant 1990 et on en trouve encore dans un grand nombre de maisons et bâtiments anciens [2]. Les travailleurs spécialisés dans l’isolation, les plombiers, les électriciens et les autres travailleurs des métiers du bâtiment peuvent fréquemment manipuler des matériaux contenant de l’amiante ou travailler à proximité immédiate de ceux-ci pendant les travaux d’entretien et de rénovation des bâtiments.

    • Travailleurs du bâtiment : 3,50 fois le risque
      • Travailleurs spécialisés dans l’isolation : 25,4 fois le risque
      • Tuyauteurs, plombiers et travailleurs assimilés : 8,36 fois le risque
      • Plâtriers et travailleurs assimilés : 5,38 fois le risque
      • Maçons et carreleurs : 3,76 fois le risque
      • Électriciens d’installation et d’entretien : 3,35 fois le risque
      • Charpentiers en charpentes de bois et travailleurs assimilés : 2,05 fois le risque
Fabrication de produits minéraux non métalliques

L’industrie des produits minéraux non métalliques comprend les installations produisant de l’argile, du ciment et du béton, du verre et des produits verriers, et, par le passé, de l’amiante et des produits de vermiculite. Ces derniers sont représentés dans les diverses industries des produits minéraux non métalliques, où le risque d’amiantose est le plus élevé.

    • Fabrication de produits minéraux non métalliques : 2,14 fois le risque
      • Industrie des produits minéraux non métalliques divers : 7,56 fois le risque
Professions et industries métallurgiques

L’amiante était couramment utilisé comme matériau d’isolation dans certains procédés métallurgiques à chaud [3]. Les travailleurs de l’industrie de première transformation des métaux peuvent utiliser des fours et d’autres équipements thermiques isolés avec de l’amiante. Lorsque ces matériaux sont déplacés ou abîmés, des fibres d’amiante sont libérées dans l’air.

    • Chaudronniers, tôliers et ouvriers en charpente métallique : 9,96 fois le risque
    • Tôliers : 2,44 fois le risque
    • Première transformation des métaux : 2,34 fois le risque
      • Sidérurgie : 2,77 fois le risque
Mécaniciens-réparateurs excepté ceux travaillant sur du matériel électrique

Les mécaniciens assurent l’entretien et la réparation des machines et véhicules, ce qui suppose souvent de retirer des pièces pour les nettoyer ou les remplacer. L’amiante était largement utilisé dans les pièces automobiles, comme les plaquettes de frein, les embrayages et les revêtements composites, et peut être présent dans les anciens véhicules et machines [4,5].

    • Mécaniciens et réparateurs de machines industrielles, agricoles et de construction : 1,52 fois le risque
Risque relatif par industrie et par emploi

Figure 1. Risque de diagnostic d’amiantose chez les travailleurs employés dans chaque groupe d’industries par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Figure 2. Risque de diagnostic d’amiantose chez les travailleurs employés dans chaque groupe professionnel par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Tableau des résultats

Tableau 1. Surveillance de l’amiantose :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe d’industries

Code CTI * Groupe d’industries Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
1 Agriculture <5 27 818
2/3 Forêts, pêche et piégeage 0 7 857
4 Mines (y compris broyage),
carrières et puits de pétrole
13 18 210 0,99 (0,57-1,72)
5 Industries manufacturières 243 565 700 0,95 (0,81-1,11)
6 Construction 153 175 617 2,35 (1,95-2,82)
7 Transports, communications et
autres services publics
66 165 930 0,94 (0,73-1,21)
8 Commerce 52 357 376 046 (0,35-0,62)
9 Finances, assurances et
affaires immobilières
11 19 414 1,28 (0,70-2,32)
10 Services socio-culturels,
commerciaux et personnels
98 483 986 0,86 (0,69-1,07)
11 Administration publique et
défense
63 157 922 0,95 (0,73-1,23)
         
* CTI : Classification type des industries (1970)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Tableau 2. Surveillance de l’amiantose :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe de professions

Code CCDP * Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
11 Directeurs, administrateurs et
personnel assimilé
5 26 772 0,61 (0,25-1,48)
21 Travailleurs des sciences naturelles,
techniques et mathématiques
8 22 785 0,92 (0,46-1,84)
23 Travailleurs spécialisés des sciences
sociales et secteurs connexes
5 24 939 1,56 (0,64-3,77)
25 Membres du clergé et assimilés 0 113
27 Enseignants et personnel assimilé 8 41 692 1,03 (0,51-2,09)
31 Personnel médical, techniciens
de la santé et travailleurs assimilés
10 108 759 0,66 (0,35-1,26)
33 Professionnels des domaines artistique
et littéraire et personnel assimilé
<5 12 729
41 Personnel administratif et
travailleurs assimilés
23 162 132 0,51 (0,34-0,77)
51 Travailleurs spécialisés dans la vente 22 123 283 0,86 (0,56-1,31)
61 Travailleurs spécialisés dans les services 62 298 287 0,66 (0,51-0,86)
71 Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs 5 40 974 0,39 (0,16-0,93)
73 Pêcheurs, trappeurs et travailleurs
assimilés
0 463
75 Travailleurs forestiers et bûcherons 0 7 730
77 Mineurs, carriers, foreurs de puits
et travailleurs assimilés
6 10 079 0,86 (0,39-1,93)
81 Travailleurs des industries de
transformation (minéraux, métaux, chimiques)
37 67 239 1,45 (1,04-2,02)
82 Travailleurs des industries de
transformation (aliments, bois, textiles)
18 81 535 0,65 (0,41-1,04)
83 Usineurs et travailleurs des
secteurs connexes
76 161 878 0,99 (0,78-1,26)
85 Travailleurs spécialisés dans
la fabrication, le montage et la réparation
107 276 755 0,84 (0,69-1,04)
87 Travailleurs du bâtiment 230 181 331 3,50 (2,97-4,13)
91 Personnel d’exploitation des transports 40 143 836 0,58 (0,42-0,79)
93 Manutentionnaires et travailleurs
assimilés, non classés ailleurs
19 128 517 0,40 (0,25-0,63)
95 Autres ouvriers qualifiés et
conducteurs de machines
10 23 406 0,91 (0,49-1,69)
99 Travailleurs non classés ailleurs 55 180 646 0,81 (0,62-1,07)
         
* CCDP: Classification canadienne descriptive des professions (1971)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Veuillez noter que nos résultats peuvent différer de celles que nous avons publiés ou présentés. Cela peut être attribuer aux définitions que nous utilisons pour identifier les cas, aux approches méthodologiques et le suivi en cours de la cohort dans le système de surveillance.  

Références

  1. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Arsenic, métaux, poussières et fibres. Monographies du CIRC sur l’identification des dangers cancérogènes pour l’homme. Vol. 100C (2012). (En anglais seulement) 
  2. Gouvernement du Canada. Amiante (mise à jour en 2020). 
  3. Williams PRD, Phelka AD, Paustenbach DJ. A review of historical exposures to asbestos among skilled craftsmen (1940-2006). J Toxicol Environ Heal – Part B Crit Rev. 2007;10(5):319–77. (En anglais seulement)
  4. Paustenbach DJ, Finley BL, Lu ET, Brorby GP, Sheehan PJ. Environmental and occupational health hazards associated with the presence of asbestos in brake linings and pads (1900 to present): A “state-of-the-art” review. J Toxicol Environ Heal – Part B Crit Rev. 2004;7(1):25–80. (En anglais seulement)
  5. Jiang GCT, Madl AK, Ingmundson KJ, Murbach DM, Fehling KA, Paustenbach DJ, et coll. A study of airborne chrysotile concentrations associated with handling, unpacking, and repacking boxes of automobile clutch discs. Regul Toxicol Pharmacol. 2008;51(1):87-97. (En anglais seulement)