Dermatite

Contexte

Qu’est-ce que la dermatite?

La dermatite de contact est une maladie professionnelle fréquente. Il s’agit d’une réaction cutanée inflammatoire entraînant des douleurs ou des démangeaisons, qui ressemble à une éruption cutanée ou à une brûlure. Elle peut se développer sous une forme modérée, comme la sécheresse avec des rougeurs, des gerçures et des squames, ou sous une forme plus grave, comme une dermatite de type eczéma avec des enflures, des ampoules ou des crevasses. Elle touche généralement les mains, ce qui rend le travail douloureux.

Le Centre for Research Expertise in Occupational Disease (Centre d’expertise en recherche sur les maladies professionnelles, CREOD) a déclaré que seulement 62 % des patients atteints de dermatite de contact ayant consulté dans la clinique sur les maladies professionnelles de Toronto ont repris le travail 6 mois après l’évaluation de leur peau. Parmi les personnes ayant repris le travail, environ un tiers avait changé d’emploi en raison de ces problèmes cutanés.

 

Facteurs de risque professionnel
    • Travail en milieu humide (travail qui nécessite de se laver régulièrement les mains, d’immerger les mains dans l’eau ou de porter des gants pendant de longues périodes)
    • Certains agents de nettoyage (savons, shampooing, détergents)
    • Solvants organiques
    • Stress chronique cutané mécanique et causé par des frottements
    • Liquides métallurgiques
    • Additifs du caoutchouc
    • Acides et alcalis
Principales conclusions

Les risques les plus élevés de développer une dermatite de contact ont été observés chez les travailleurs exposés à des conditions humides, à des agents de nettoyage, à des liquides métallurgiques et à des traumatismes cutanés chroniques.


Emplois associés à des milieux humides et des agents de nettoyage

Le travail en milieu humide est le principal facteur de risque de la dermatite de contact professionnelle et comprend les activités impliquant de se laver les mains plus de 20 fois par quart, d’immerger ses mains dans du liquide pendant plus de 2 heures par quart ou de porter des gants imperméables. L’exposition prolongée à un milieu humide perturbe la barrière cutanée naturelle, ce qui permet aux agents sensibilisants de pénétrer la peau plus facilement et de causer des allergies cutanées.

Les coiffeurs et les travailleurs de l’industrie des aliments et boissons et des autres services personnels, comme le blanchissage et le nettoyage, sont particulièrement vulnérables au développement de la dermatite, car ils sont constamment exposés à un milieu humide et à des produits chimiques (p. ex., savons, shampooings, teintures, agents de nettoyage). Les manipulateurs d’aliments, y compris les chefs, les cuisiniers, les plongeurs et le personnel de service sont légalement tenus de se laver les mains fréquemment et peuvent porter des gants pour éviter la propagation des maladies d’origine alimentaire. Ils nettoient aussi les surfaces des cuisines, les fours et la vaisselle à l’aide d’agents de nettoyage et de détergents, ce qui peut accroître le risque de développer une dermatite de contact.

    • Coiffeurs et travailleurs assimilés : 1,5 fois le risque
    • Travailleurs de l’industrie des aliments et boissons, et travailleurs assimilés : 1,1 fois le risque
    • Travailleurs spécialisés dans les services personnels : 1,1 fois le risque
Emplois associés aux traumatismes chroniques mécaniques et causés par des frottements et aux liquides métallurgiques

Des risques accrus de développer une dermatite de contact ont été observés chez les machinistes, les travailleurs  de l’industrie du meuble et des articles d’ameublement et les usineurs demétaux. Cela peut être dû au stress chronique mécanique et causé par des frottements et à l’exposition aux produits chimiques comme les fluides métallurgiques de ces métiers et industries.

Le frottement excessif et les blessures cutanées superficielles (abrasions, plaies de pression, compressions et coupures) endommagent la barrière cutanée. Cela permet aux allergènes et aux irritants de pénétrer la peau plus facilement, augmentant le risque de développer une dermatite de contact. Les liquides métallurgiques sont utilisés pour lubrifier les métaux pendant les procédures comme l’usinage, le meulage ou la découpe. Les traumatismes dus aux frottements et à l’exposition aux liquides métallurgiques sont fréquents dans l’industrie manufacturière, en particulier pour les machinistes et réguliers de machines-outils, ce qui augmente le risque de développer une dermatite de contact chez ces travailleurs.

    • Machinistes et réguliers de machines-outils: 1,3 fois le risque
    • Usineurs de métaux, N.C.A. : 1,3 fois le risque
    • Industrie du meuble et des articles d’ameublement : 1,2 fois le risque
Risque relatif par industrie et par emploi

Figure 1. Risque de diagnostic de dermatite chez les travailleurs employés dans chaque groupe d’industries par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

 

Figure 2. Risque de diagnostic de dermatite chez les travailleurs employés dans chaque groupe professionnel par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Tableau des résultats

Tableau 1. Surveillance de la dermatite :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe d’industries

Code CTI* Groupe d’industries Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
1 Agriculture 214 7 686 0,76 (0,67, 0,87)
2/3 Forêts, pêche et piégeage 33 1 333 0,72 (0,51, 1,02)
4 Mines, carrières et puits de pétrole 80 2 938 0,81 (0,65, 1,01)
5 Industries manufacturières 4 254 106 619 1,11 (1,07, 1,14)
6 Construction 1 315 49 098 0,78 (0,74, 0,83)
7 Transports, communications et autres services publics 1 621 46 208 0,96 (0,92, 1,01)
8 Commerce 3 878 105 536 0,95 (0,92, 0,99)
9 Finances, assurances et affaires immobilières 188 5 194 0,91 (0,79, 1,05)
10 Services socio-culturels, commerciaux et personnels 7 311 170 758 1,02 (0,99, 1,05)
11 Administration publique et défense 1 821 45 567 1,00 (0,96, 1,05)
         
* CTI : Classification type des industries (1970)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Tableau 2. Surveillance de la dermatite :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe de professions

Code CCDP* Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
11 Directeurs, administrateurs et personnel assimilé 498 11 973 0,98 (0,89, 1,07)
21 Travailleurs des sciences naturelles, techniques et mathématiques 283 7 203 1,06 (0,94, 1,19)
23 Travailleurs spécialisés des sciences sociales et secteurs connexes 532 10 389 1,13 (1,04, 1,23)
25 Membres du clergé et assimilés <5 43
27 Enseignants et personnel assimilé 888 17 718 1,09 (1,02, 1,17)
31 Personnel médical, techniciens de la santé et travailleurs assimilés 1 731 40 325 0,90 (0,85, 0,94)
33 Professionnels des domaines artistique et littéraire et personnel assimilé 241 5 215 1,17 (1,03, 1,33)
41 Personnel administratif et travailleurs assimilés 1 999 45 733 1,04 (0,99, 1,09)
51 Travailleurs spécialisés dans la vente 1 862 46 968 0,96 (0,92, 1,01)
61 Travailleurs spécialisés dans les services 3 852 91 788 1,03 (1,00, 1,07)
71 Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs 350 11 817 0,81 (0,73, 0,91)
73 Pêcheurs, trappeurs et travailleurs assimilés 10 168 1,03 (0,46, 2,29)
75 Travailleurs forestiers et bûcherons 33 1 110 0,87 (0,61, 1,22)
77 Mineurs, carriers, foreurs de puits et travailleurs assimilés 50 1 818 0,82 (0,62, 1,09)
81 Travailleurs des industries de transformation (minéral, métal, chimique) 514 13 255 1,05 (0,96, 1,14)
82 Travailleurs des industries de transformation (aliments, bois, textile) 831 19 613 1,09 (1,02, 1,17)
83 Usineurs et travailleurs des secteurs connexes 1 143 29 146 1,14 (1,07, 1,21)
85 Travailleurs spécialisés dans la fabrication, le montage et la réparation 2 075 53 765 1,08 (1,03, 1,13)
87 Travailleurs du bâtiment 1 318 47 847 0,81 (0,77, 0,86)
91 Personnel d’exploitation des transports 1 286 38 990 0,94 (0,89, 1,00)
93 Manutentionnaires et travailleurs assimilés, non classés ailleurs 890 24 050 1,04 (0,97, 1,11)
95 Autres ouvriers qualifiés et conducteurs de machines 154 3 481 1,20 (1,03, 1,41)
99 Travailleurs non classés ailleurs 1 263 34 642 1,01 (0,95, 1,07)
         
* CCDP: Classification canadienne descriptive des professions (1971)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Veuillez noter que nos résultats peuvent différer de celles que nous avons publiés ou présentés. Cela peut être attribuer aux définitions que nous utilisons pour identifier les cas, aux approches méthodologiques et le suivi en cours de la cohort dans le système de surveillance.