Cancer de la vessie

Contexte
Qu’est-ce que le cancer de la vessie?

Chez les Canadiens, le cancer de la vessie est le cinquième diagnostic de cancer le plus fréquent. Les hommes ont trois fois plus de risques que les femmes de recevoir un diagnostic de cancer de la vessie. Le facteur de risque le plus important et le mieux établi pour ce cancer est le tabagisme. Parmi les autres facteurs de risque non professionnels, citons l’exposition à l’arsenic présent dans l’eau potable et les radiations lors de traitements médicaux.

Le cancer de la vessie est une maladie professionnelle grave. Il existe des preuves solides d’une association entre le cancer de la vessie et plusieurs expositions sur le lieu de travail. Le Centre de recherche sur le cancer professionnel estime qu’entre 3 et 12 % des cancers de la vessie au Canada sont attribuables à des expositions professionnelles [2]. Bien que l’utilisation de certains agents cancérogènes  connus pour la vessie ait diminué depuis les années 1980, d’autres agents présumés sont toujours fréquemment utilisés sur le lieu de travail. Les recherches menées par le Centre de recherche sur le cancer professionnel indiquent qu’environ 280 cas de cancer de la vessie au Canada par an peuvent être attribués à l’exposition aux seuls gaz d’échappement des moteurs diesel et hydrocarbures aromatiques polycycliques sur le lieu de travail [2].

 

Facteurs de risques professionnels connus
    • Amines aromatiques (production d’auramine, benzidine, 2-naphthylamine, o-toluidine, 4-aminobiphényle) [3]
    • Arsenic et composés inorganiques de l’arsenic [3]
    • Emplois dans la production d’aluminium our de de caoutchouc ou travail de peintre [3]
Facteurs de risques professionnels possibles
    • Gaz d’échappement des moteurs diesel [3]
    • Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) [3]
    • Brai de goudron [3]
    • Tétrachloroéthylène [3]
    • Coiffeurs, barbiers ou soudeurs [3,5]
Principales conclusions

On a observé un risque accru de cancer de la vessie chez les travailleurs des transports, de la construction, de la métallurgie, et certaines professions de la gestion et de l’administration. Un risque accru de cancer de la vessie a été observé chez certains travailleurs des secteurs de la transformation du caoutchouc et du plastique, bien que les estimations pour les travailleurs de ce secteur dans leur ensemble aient été plus faibles que prévu. L’écart d’une profession à l’autre quant à la consommation de tabac pourrait contribuer aux différences observées du risque de développer un cancer de la vessie. On a observé trop peu de cas parmi les coiffeurs, les barbiers et les nettoyeurs à sec pour examiner le risque de cancer de la vessie parmi ces groupes professionnels.

 

Transports

De nombreux travailleurs du secteur des transports sont régulièrement exposés aux gaz d’échappement des moteurs diesel, dont on soupçonne qu’ils sont cancérigènes pour la vessie.

    • Toutes les professions du transport : 1,28 fois le risque
      • Chauffeurs de taxis et chauffeurs particuliers : 1,57 fois le risque
      • Conducteurs d’autobus : 1,41 fois le risque
      • Camionneurs : 1,28 fois le risque
      • Personnel d’exploitation des transports ferroviaires : 1,19 fois le risque  
      • Personnel d’exploitation des transports aériens : 1,15 fois le risque
Construction

En général, les travailleurs de la construction ont présenté une légère augmentation du risque de cancer de la vessie, mais certains métiers ont été associés à des risques plus élevés. Les travailleurs du bâtiment pourraient être exposés au gaz d’échappement des moteurs au diesel, un agent cancérogène connu pour la vessie, et pourraient être exposés à des solvants et vapeurs pouvant être associés à des risques de développer un cancer de la vessie.

    • Toutes les professions de la construction : 1,08 fois le risque
      • Manoeuvres et travailleurs assimilés du montage, de l’installation et de la réparation du matériel électrique, d’éclairage et de communications par fil : 1,62 fois le risque
      • Contremaîtres des excavateurs, niveleurs, paveurs et travailleurs assimilés : 1,29 fois le risque
      • Plâtriers et travailleurs assimilés : 1,25 fois le risque
      • Maçons et carreleurs : 1,24 fois le risque
      • Lisseurs de béton et travailleurs assimilés : 1,24 fois le risque
      • Tuyauteurs et plombiers : 1,24 fois le risque
      • Électriciens d’installation et d’entretien : 1,17 fois le risque
      • Peintres et tapissiers et travailleurs assimilés : 1,14 fois le risque
Travail des métaux

Les métallurgistes sont exposés à une variété de risques professionnels, notamment les poussières métalliques, les fumées de soudure et les solvants chimiques. Les travailleurs des industries métallurgiques peuvent être exposés à des agents cancérogènes connus pour la vessie, comme les amines aromatiques lors de l’utilisation de fluides métallurgiques et les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) dans les procédés de fonderie. Des risques accrus ont été observés chez les travailleurs de certaines industries de première transformation des métaux, notamment l’aluminium, avec une exposition aux HAP et à d’autres agents cancérogènes connus et suspectés pour la vessie.

    • Forgeurs : 1,63 fois le risque
    • Contremaîtres de façonneurs et de formeurs de métal, à l’exception des usineurs : 1,33 fois le risque
    • Contremaîtres d’usineurs de métaux : 1,26 fois le risque
    • Chaudronniers, tôliers et ouvriers en charpente métallique : 1,21 fois le risque
    • Soudeurs et oxycoupeurs : 1,09 fois le risque
    • Sidérurgie : 1,25 fois le risque
    • Laminage, moulage et extrusion d’aluminium : 1,35 fois le risque
  •  
Industries du caoutchouc et des plastiques

Historiquement, les procédés de fabrication des industries du caoutchouc et des plastiques comprenaient des amines aromatiques, qui sont aujourd’hui connues pour être cancérigènes pour la vessie [4]. Cependant, l’utilisation de nombreuses amines aromatiques dans les processus de fabrication au Canada a diminué depuis les années 1980 en raison d’un contrôle législatif. Nous n’avons pas mis en évidence de risques élevés de cancer de la vessie chez tous les travailleurs des industries de fabrication de plastique et de caoutchouc en Ontario, bien que nous ayons observé un risque élevé dans certains groupes professionnels spécifiques. Cela pourrait s’expliquer par les changements législatifs mis en place visant à interdire certains produits chimiques cancérigènes dans ces industries [6].

    • Contremaîtres de travailleurs spécialisés dans la fabrication, l’assemblage et la réparation d’articles de caoutchouc, de plastique et de produits similaires : 1,70 fois le risque
    • Manoeuvres et travailleurs assimilés de la fabrication, de l’assemblage et de la réparation d’articles de caoutchouc, de plastique et de produits similaires : 1,26 fois le risque
    • Fabricants de matières plastiques et de résines synthétiques : 1,47 fois le risque
    • Industrie des produits en caoutchouc : 1,09 fois le risque
Professions de cols blancs

Les risques accrus observés parmi ces métiers pourraient être liés à des expositions relatives à l’environnement, au mode de vie ou au tabac. Les procédés d’impression ont été classés comme des agents cancérogènes possibles par le CIRC, mais les données probantes associant ces expositions au cancer de la vessie sont faibles [7].

 

    • Réceptionnistes et hôtesses d’accueil : 2,00 fois le risque 
    • Commis à la production : 1,55 fois le risque
    • Teneurs de livres et commis en comptabilité (bureau) : 1,47 fois le risque
    • Édition et impression : 1,38 fois le risque
Risque relatif par industrie et par emploi

Figure 1. Risque de diagnostic de cancer de la vessie chez les travailleurs employés dans chaque groupe d’industries par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

 

Figure 2. Risque de diagnostic de cancer de la vessie chez les travailleurs employés dans chaque groupe professionnel par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Tableau des résultats

Tableau 1. Surveillance du cancer de la vessie :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe d’industries

Code CTI* Groupe d’industries Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
1 Agriculture 124 35 005 0,87 (0,73-1,04)
2/3 Forêts, pêche et piégeage 53 10 698 0,68 (0,52-0,89)
4 Mines (y compris broyage),
carrières et puits de pétrole
222 23 194 1,04 (0,91-1,18)
5 Industries manufacturières 4 235 693 400 1,02 (0,98-1,06)
6 Construction 1 296 210 913 1,04 (0,98-1,10)
7 Transports, communications et
autres services publics
1 278 197 146 1,11 (1,05-1,18)
8 Commerce 1 731 429 174 1,02 (0,97-1,07)
9 Finances, assurances et
affaires immobilières
138 23 975 0,96 (0,81-1,14)
10 Services socio-culturels,
commerciaux et personnels
1 935 599 509 0,93 (0,89-0,98)
11 Administration publique et
défense
1 197 190 818 1,10 (1,03-1,17)
         
* CTI : Classification type des industries (1970)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Tableau 2. Surveillance du cancer de la vessie :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe de professions

Code CCDP * Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
11 Directeurs, administrateurs et
personnel assimilé
140 30,983 1.05 (0.89-1.24)
21 Travailleurs des sciences naturelles,
techniques et mathématiques
139 26,341 1.00 (0.85-1.18)
23 Travailleurs spécialisés des sciences
sociales et secteurs connexes
46 30,708 0.73 (0.54-0.97)
25 Membres du clergé et assimilés 0 128
27 Enseignants et personnel assimilé 135 48,477 0.90 (0.76-1.07)
31 Personnel médical, techniciens
de la santé et travailleurs assimilés
300 135,345 0.89 (0.79-1.01)
33 Professionnels des domaines artistique
et littéraire et personnel assimilé
48 14,986 1.05 (0.79-1.40)
41 Personnel administratif et
travailleurs assimilés
846 197,308 1.11 (1.04-1.19)
51 Travailleurs spécialisés dans la vente 486 148,076 1.11 (1.01-1.22)
61 Travailleurs spécialisés dans les services 1,548 370,804 1.00 (0.94-1.05)
71 Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs 168 50,139 0.81 (0.69-0.94)
73 Pêcheurs, trappeurs et travailleurs
assimilés
<5 558
75 Travailleurs forestiers et bûcherons 59 10,683 0.81 (0.63-1.05)
77 Mineurs, carriers, foreurs de puits
et travailleurs assimilés
126 13,037 1.09 (0.91-1.30)
81 Travailleurs des industries de
transformation (minéraux, métaux, chimiques)
433 79,220 1.03 (0.94-1.14)
82 Travailleurs des industries de
transformation (aliments, bois, textiles)
437 99,222 0.93 (0.84-1.02)
83 Usineurs et travailleurs des
secteurs connexes
1,267 189,346 1.05 (0.99-1.12)
85 Travailleurs spécialisés dans
la fabrication, le montage et la réparation
2,023 328,219 1.02 (0.97-1.07)
87 Travailleurs du bâtiment 1,566 215,529 1.08 (1.03-1.14)
91 Personnel d’exploitation des transports 1,321 168,040 1.28 (1.2-1.35)
93 Manutentionnaires et travailleurs
assimilés, non classés ailleurs
764 153,023 1.01 (0.94-1.09)
95 Autres ouvriers qualifiés et
conducteurs de machines
200 28,295 1.13 (0.98-1.30)
99 Travailleurs non classés ailleurs 1,067 215,201 0.97 (0.92-1.04)
         
* CCDP: Classification canadienne descriptive des professions (1971)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Veuillez noter que nos résultats peuvent différer de celles que nous avons publiés ou présentés. Cela peut être attribuer aux définitions que nous utilisons pour identifier les cas, aux approches méthodologiques et le suivi en cours de la cohort dans le système de surveillance.    

Références 

  1. Comité consultatif des statistiques canadiennes sur le cancer. Statistiques canadiennes sur le cancer. 2019. Toronto (Ontario) : Société canadienne du cancer, 2019
  2. Labrèche F, Kim J, Song C, Pahwa M, Ge CB, Arrandale VH, et coll. The current burden of cancer attributable to occupational exposures in Canada. Prev Med. 2019;122:128–39. (En anglais seulement)
  3. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Liste des évaluations par organe cible, Vol. 1–127 (2020).
  4. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Chemical agents and related occupations. Monographies du CIRC sur l’identification des dangers cancérogènes pour l’homme. Vol. 100F (2012). (En anglais seulement)
  5. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Welding, molybdenum trioxide, and indium tin oxide. Monographies du CIRC sur l’identification des dangers cancérogènes pour l’homme. Vol. 118 (2018). (En anglais seulement)
  6. Debono NL, Logar-Henderson C, Warden H, Shakik S, Dakouo M, MacLeod J, Demers PA. Cancer surveillance among workers in plastics and rubber manufacturing in Ontario, Canada. Occup Environ Med. 2020. (En anglais seulement)
  7. Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). Printing Processes and Printing Inks, Carbon Black and Some Nitro Compounds. Monographies du CIRC sur l’identification des dangers cancérogènes pour l’homme. Vol. 65 (1996). (En anglais seulement)