Asthme

Contexte

Qu’est-ce que l’amiantose?

L’asthme est une maladie inflammatoire du système respiratoire. Il s’agit de la maladie chronique respiratoire la plus répandue au Canada; elle touche environ 6 % de la population générale. L’asthme est également la maladie respiratoire professionnelle la plus fréquemment observée, avec une estimation de 15 % des cas d’asthme chez l’adulte imputables aux expositions en milieu de travail. Il existe de nombres facteurs de risque professionnel pour cette maladie, et les travailleurs de nombreux groupes professionnels et d’industries risquent de la développer.  

 

Facteurs de risque
    • Isocyanates
    • Poussières (métaux, bois, farine, animaux, etc.)
    • Latex
    • Produits chimiques irritants
    • Produits de nettoyage
    • Liquides métallurgiques
    • Gaz d’échappement
Principales conclusions

Les risques les plus élevés de développer de l’asthme ont été observés chez les travailleurs employés dans les secteurs de la fabrication, de l’assemblage et de la réparation de produits, des aliments et des boissons, et de la construction.


Travailleurs spécialisés dans la fabrication, le montage et la réparation

Les peintres et les décorateurs d’articles manufacturés présentaient un risque élevé de développer de l’asthme. Ce groupe comprend les travailleurs de l’industrie automobile qui pulvérisent de la peinture sur les voitures. L’exposition aux isocyanates est un facteur de risque de l’asthme bien connu chez les peintres automobiles. À l’inverse, les peintres, tapissiers et travailleurs assimilés  présentaient un risque moindre de développer de l’asthme. En effet, ils travaillent généralement avec des peintures à l’eau. Ce secteur comprend également les ébénistes et menuisiers en meubles, qui présentaient des risques accrus de développer de l’asthme. Ces travailleurs sont fréquemment exposés aux poussières de bois, un facteur de risque de l’asthme bien connu.

    • Peintres et décorateurs d’articles manufacturés : 1,6 fois le risque
    • Peintres, tapissiers et travailleurs assimilés  : 0,8 fois le risque
    • Ébénistes et menuisiers en meubles : 1,3 fois le risque
Secteur de la construction

Dans le secteur de la construction, les lisseurs de béton présentaient un risque accru de développer de l’asthme. Ces travailleurs peuvent être exposés à des poussières inorganiques, comme la silice, qui peuvent irriter les voies respiratoires et déclencher de l’asthme.

    • Lisseurs de béton et travailleurs assimilés : 1,9 fois le risque
Travailleurs de l’industrie des aliments et boissons, et travailleurs assimilés

Les résultats du SSMP indiquent que les boulangers, pâtissiers, confiseurs et travailleurs assimilés (boul.) présentent un risque accru de développer de l’asthme, probablement en raison de l’exposition à la poussière de farine.

    • Boulangers, pâtissiers, confiseurs et travailleurs assimilés (boul.) : 1,6 fois le risque
Risque relatif par industrie et par emploi

Figure 1. Risque de diagnostic d’asthme chez les travailleurs employés dans chaque groupe d’industries par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

 

Figure 2. Risque de diagnostic d’asthme chez les travailleurs employés dans chaque groupe professionnel par rapport à tous les autres, Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP), 1999-2016

Pour obtenir le rapport de risque, on divise l’estimation du temps moyen nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez les travailleurs de chaque groupe d’industries/professionnel par celui nécessaire pour diagnostiquer la maladie chez tous les autres groupes pendant la période de l’étude. Les rapports de risque supérieurs à 1,00 indiquent un risque accru de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres. Les estimations sont ajustées par année de naissance et par sexe. La largeur de l’intervalle de confiance (IC) de 95 % est fondée sur le nombre de cas dans chaque groupe (plus il y a de cas, plus l’intervalle est étroit).

Tableau des résultats

Tableau 1. Surveillance de l’asthme :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe d’industries

Code CTI* Groupe d’industries Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
1 Agriculture 91 7 334 0,74 (0,60, 0,91)
2/3 Forêts, pêche et piégeage 12 1 295 0,62 (0,35, 1,09)
4 Mines, carrières et puits de pétrole 35 2 843 0,86 (0,62, 1,20)
5 Industries manufacturières 1 726 105 201 0,99 (0,94, 1,04)
6 Construction 596 46 501 0,87 (0,80, 0,95)
7 Transports, communications et autres services publics 742 44 310 1,04 (0,96, 1,12)
8 Commerce 1 770 101 827 0,97 (0,92, 1,02)
9 Finances, assurances et affaires immobilières 87 4 976 0,95 (0,77, 1,18)
10 Services socio-culturels, commerciaux et personnels 3 410 163 064 1,02 (0,98, 1,07)
11 Administration publique et défense 792 43 588 0,97 (0,90, 1,04)
         
* CTI : Classification type des industries (1970)
† Risque de développer la maladie dans un groupe donné par rapport à tous les autres

 

Tableau 2. Surveillance de l’asthme :  Nombre de cas, nombre de travailleurs employés, et rapports de risque dans chaque groupe de professions

Code CCDP* Groupe professionnel Nombre de cas Nombre de travailleurs employés Rapport de risque, HR (95% IC) †
11 Directeurs, administrateurs et personnel assimilé 230 11 286 1,04 (0,91, 1,19)
21 Travailleurs des sciences naturelles, techniques et mathématiques 109 7 012 0,95 (0,79, 1,15)
23 Travailleurs spécialisés des sciences sociales et secteurs connexes 235 9 842 1,09 (0,96, 1,24)
25 Membres du clergé et assimilés <5 37
27 Enseignants et personnel assimilé 390 16 336 1,08 (0,97, 1,19)
31 Personnel médical, techniciens de la santé et travailleurs assimilés 811 38 351 0,91 (0,84, 0,98)
33 Professionnels des domaines artistique et littéraire et personnel assimilé 115 4 921 1,27 (1,05, 1,52)
41 Personnel administratif et travailleurs assimilés 962 44 187 1,13 (1,06, 1,21)
51 Travailleurs spécialisés dans la vente 827 45 289 0,95 (0,88, 1,02)
61 Travailleurs spécialisés dans les services 1,693 88 268 1,01 (0,96, 1,07)
71 Agriculteurs, horticulteurs et éleveurs 145 11 255 0,79 (0,67, 0,93)
73 Pêcheurs, trappeurs et travailleurs assimilés <5 100
75 Travailleurs forestiers et bûcherons 6 1 103 0,37 (0,17, 0,83)
77 Mineurs, carriers, foreurs de puits et travailleurs assimilés 22 1 755 0,91 (0,60, 1,39)
81 Travailleurs des industries de transformation (minéral, métal, chimique) 205 13 002 0,97 (0,85, 1,12)
82 Travailleurs des industries de transformation (aliments, bois, textile) 370 19 362 1,09 (0,99, 1,21)
83 Usineurs et travailleurs des secteurs connexes 410 28 820 0,97 (0,87, 1,07)
85 Travailleurs spécialisés dans la fabrication, le montage et la réparation 817 52 735 1,00 (0,93, 1,07)
87 Travailleurs du bâtiment 549 45 567 0,86 (0,79, 0,94)
91 Personnel d’exploitation des transports 539 37 171 0,99 (0,91, 1,08)
93 Manutentionnaires et travailleurs assimilés, non classés ailleurs 391 23 400 1,09 (0,98, 1,20)
95 Autres ouvriers qualifiés et conducteurs de machines 52 3 403 0,96 (0,73, 1,26)
99 Travailleurs non classés ailleurs 535 33 715 1,00 (0,91, 1,09)
         
* CCDO: Canadian Classification Dictionary of Occupations (1971)
† Hazard rate in each group relative to all others

 

Veuillez noter que nos résultats peuvent différer de celles que nous avons publiés ou présentés. Cela peut être attribuer aux définitions que nous utilisons pour identifier les cas, aux approches méthodologiques et le suivi en cours de la cohort dans le système de surveillance.