L’amiante dans les écoles : Risques professionnels chez les travailleurs de l’éducation

Contexte

L’amiante a été largement utilisé dans les années 1930-1980 dans la construction de bâtiments, y compris les écoles, pour l’ignifugation et l’isolation [1,2]. En raison de son utilisation généralisée, presque tous les établissements d’enseignement construits au cours de cette période contiennent encore de l’amiante. L’exposition à l’amiante est la seule cause bien établie de mésothéliome malin, un cancer agressif de la muqueuse des poumons ou de l’abdomen qui provoque une cicatrisation des poumons conduisant à l’asbestose [3]. Le mésothéliome et l’asbestose prennent en moyenne 40 ans entre la première exposition et le diagnostic. Le délai de diagnostic peut être plus rapide selon l’intensité et la durée de l’exposition [4]. L’amiante est également une cause importante de cancers du poumon et d’autres types de cancers.

Les travailleurs du secteur de l’éducation peuvent être exposés à l’amiante, ce qui augmente leur risque de maladies liées à ce minéral, comme le montrent les résultats du Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP) [4].

Risques accrus chez les travailleurs du secteur de l’éducation

Les résultats ci-dessous montrent l’augmentation en pourcentage du mésothéliome et de l’asbestose chez les travailleurs du secteur de l’éducation par rapport à tous les autres travailleurs suivis dans le SSMP. Le risque était le plus élevé chez les travailleurs des universités et des collèges, suivis des services d’enseignement et des écoles primaires et secondaires. Les données de surveillance aux États-Unis ont également montré un nombre plus élevé de décès par mésothéliome détecté chez les travailleurs des écoles élémentaires et secondaires par rapport aux autres travailleurs [5].

  Risque accru
Mésothéliome Amiantose 
Enseignement et services annexes  32% 57%*
Écoles primaires et secondaires 13% 33%
Universités et collèges 132%* 114%*
Enseignement et services annexes, n.e.c. 48%* 129%*
*Statistiquement significatif (α=0,05)

 

Répartition des cas chez les travailleurs de l’éducation

Les cas de mésothéliome et d’asbestose dans le secteur de l’éducation sont encore réduits en groupes professionnels dans la figure 1. Il y avait un nombre plus élevé de cas de mésothéliome et d’asbestose dans le secteur des services et de la construction, composé principalement de concierges, de nettoyeurs, de tuyauteurs, de plombiers et de charpentiers. Ces travailleurs sont souvent considérés comme présentant un risque élevé d’exposition à l’amiante dans d’autres secteurs [4]. Bien que certains des cas aient été détectés dans des professions d’enseignement, il est important de noter que certains de ces cas avaient eu un emploi antérieur dans des secteurs tels que la fabrication, ce qui peut avoir une incidence sur leur risque.

Figure 1. Répartition des cas de mésothéliome et d’asbestose au sein de l’industrie de l’éducation dans le SSMP.

Reconnaissance et prévention des risques

Le haut risque observé chez les travailleurs des universités et des collèges est une constatation importante. Diverses institutions, dont les universités de Toronto et d’Ottawa, ont récemment signalé avoir trouvé de l’amiante dans des bâtiments entraînant des expositions professionnelles potentielles [6,7]. Des fibres d’amiante ont été trouvées dans la poussière du bâtiment des sciences médicales de l’Université de Toronto pendant la construction. Les fibres étaient liées à des poussières qui s’étaient échappées des zones du bâtiment où se déroulaient des travaux de désamiantage [7]. Les résultats ont donné lieu à un examen plus approfondi des programmes de gestion de l’amiante de l’Université, avec des recommandations pour une meilleure surveillance, éducation et communication de la planification de la gestion de l’amiante [7].

Les écoles de l’Ontario qui ont de l’amiante sont tenues d’avoir un plan de gestion de l’amiante; cependant, celui-ci peut ne pas être communiqué correctement à tous les travailleurs [8]. Une étude récente, Awareness of Asbestos Hazards in Schools, Asbestos Management Plans and Training among Ontario School Custodial Workers, a été menée par le Centre de recherche sur le cancer professionnel (CRCP). L’étude a révélé que la majorité des préposés à l’entretien interagissaient avec le matériau contenant de l’amiante (MCA) soit directement (24 %) ou indirectement (66 %), mais seulement 59 % sont capables de le reconnaître, et seulement 63 % ont déclaré utiliser un équipement de protection individuelle [9]. Les participants ont identifié des préoccupations sur la gestion de l’amiante existant dans leurs écoles, ainsi que sur la formation et la sensibilisation lorsqu’ils travaillent à proximité ou avec du MCA [9].

Bien que des plans de gestion de l’amiante existent, une dissémination continue, et donc une formation appropriée des employés est nécessaire. Le Règlement de l’Ontario 278/05 prévoit des exigences légales et des règlements pour la gestion et le contrôle de l’amiante sur le lieu de travail, lesquels doivent être de la connaissance de tous les travailleurs [10]. Les employés doivent traiter tous les matériaux de construction installés avant les années 1980 comme potentiellement MCA et examiner le plan de gestion de l’amiante avant d’effectuer tout travail perturbant le MCA. Les établissements d’enseignement sont tenus de tenir à jour et de consulter les plans de gestion de l’amiante mis à jour. Une bonne gestion de l’amiante existant est impérative pour prévenir l’exposition à l’amiante.

Références
  1. Canadian Centre for Occupational Health and Safety. (2021). Asbestos – control strategies for workplaces. https://www.ccohs.ca/oshanswers/chemicals/asbestos/control.html
  2. Health Effects Institute. (1991). Asbestos in public and commercial buildings: A literature review and synthesis of current knowledge. https://www.healtheffects.org/publication/asbestos-public-and-commercial-buildings
  3. International Agency for Research on Cancer. IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans. Volume 100C. A review of human carcinogens. Part C: Arsenic, Metals, Fibres and Dusts. Lyon: International Agency for Research on Cancer, 2012.
  4. DeBono NL, Warden H, Logar-Henderson C, Shakik S, Dakouo M, MacLeod J & Demers PA. Incidence of mesothelioma and asbestosis by occupation in a diverse workforce. American Journal of Industrial Medicine, 2021, 64(6): 476-487
  5. Tomasallo CD, Christensen KY, Raymond M et al. An occupational legacy, malignant mesothelioma incidence and mortality in Wisconsin. Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2018, 60(12):1143-49.
  6. Casalino M. (2019). The Fulcrum: Asbestos found in two U of O buildings after recent survey. https://thefulcrum.ca/news/asbestos-found-in-two-u-of-o-buildings-after-recent-survey/
  7. University of Toronto Environmental Health & Safety. (2019). Asbestos review panel report. https://ehs.utoronto.ca/wp-content/uploads/2019/03/Asbestos-Review-Panel-Report.pdf
  8. ETFO. (2021). Asbestos. https://etfohealthandsafety.ca/site/asbestos/ 
  9. Occupational Cancer Research Centre. (2019). Awareness of asbestos hazards in schools, asbestos management plans and training among Ontario school custodial workers. occupationalcancer.ca/wp-content/uploads/2019/10/OCRC_Asbestos-in-Schools-Report_2019.pdf 
  10. Ontario. (2020). O. Reg. 278/05: Designated substance – asbestos on construction projects and in buildings and repair operations. https://www.ontario.ca/laws/regulation/050278/v9

Les alertes de surveillance du Système de surveillance des maladies professionnelles (SSMP) fournissent de brefs résumés des expositions professionnelles et des risques de maladie dans différentes industries et groupes professionnels. L’objectif de ces alertes est de mettre en évidence les problèmes nouveaux ou émergents détectés par la surveillance des maladies professionnelles. À l’heure actuelle, le SSMP inclut les travailleurs de 1983 à 2014 et suit leurs résultats de santé jusqu’en 2016. Ces alertes ne reflètent que les maladies actuellement suivies au sein du SSMP. Le système est mis à jour et étendu en permanence.

Pour de plus amples renseignements sur le SSMP, y compris les sources de données, les méthodes et les résultats les plus récents, rendez-vous sur ODSP-OCRC.ca/fr et OccdDseaseStats.ca/#/?locale=fr et https://occdiseasestats.ca/#/?locale=fr